La bonne humeur de Faustine Robert se lisait presque sur son visage. À la pause de la rencontre entre la France et le Paraguay à la Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA 2014, rayonnant de joie de vivre et de confiance en elle, elle a attiré l’attention de la caméra.

« Le caméraman m’a suivie. Je me demandais pourquoi », explique la joueuse de 20 ans, sourire aux lèvres, à l’occasion d’un entretien avec FIFA.com. « Notre sélectionneuse adjointe était près de moi et j’ai vu qu’elle riait. Je me suis dit que je pouvais en profiter pour passer un petit message à ma famille et à mon copain. »

Robert avait toutes les raisons d’être satisfaite de sa prestation. À la mi-temps, le tableau affichait 2:0 et les deux buts étaient à mettre sur le compte de l’attaquante. Au bout de 90 minutes, la France s’est finalement imposée 3:0, Mylaine Tarrieu, entrée à la 66ème minute pour prendre la place de Robert, faisant trembler les filets une troisième fois.

« Je suis fière de la performance que j’ai réalisée dans ce match. Le premier but résultait d’un penalty suite à une faute. Dans ces cas-là, il faut simplement garder la tête froide et mettre la balle au fond. Ensuite, il y a eu le deuxième but un peu plus tard et j’en suis vraiment heureuse », décrit Robert, à qui il n’a fallu en tout que sept minutes pour s’illustrer par un doublé et mettre son équipe sur le chemin de la victoire.

Les Bleuettes sont la seule sélection de la compétition à avoir comptabilisé neuf points au cours de la phase de groupes. Douze buts inscrits pour un seul encaissé : les chiffres parlent d’eux-mêmes et mettent en lumière les qualités des Françaises.
« Nous pouvons jouer mieux que ça », analyse pourtant Robert. « Mais nous n’avons pas à nous plaindre, nous nous sommes qualifiées pour les quarts de finale. Les trois équipes contre lesquelles nous avons joué au premier tour ne comptaient pas parmi les favorites de ce tournoi. Mais elles avaient toutes de l’énergie à revendre, l’envie de jouer et de gagner. »

Un autre sourire à venir
Pour l’étape suivante, la République de Corée attend les Européennes pour une opposition sans doute plus relevée. « Je sais que le quart de finale sera beaucoup plus difficile pour nous », annonce Robert. « Nous devrons jouer courageusement et nous montrer pleines d’énergie. Nous savons que si nous ne nous donnons pas à 100 %, nous ne pourrons pas continuer l’aventure. Il faut vraiment que nous voulions gagner, que nous soyons motivées. Nous devons tout donner pour pouvoir aller en demi-finale. Sinon… »

Mais l’équipe entraînée par Gilles Eyquem a l’expérience nécéssaire pour bien négocier l’obstacl, à condition de se unie et efficace comme ce fut lecas lors du dernier grand rendez-vous. « Nous avons disputé ensemble le Championnat d’Europe l’été dernier et c’est presque le même groupe que nous avons retrouvé », décrit l’attaquante de l’En Avant Guingamp. « Nous nous connaissons très bien, nous nous battons les unes pour les autres, c’est notre force. »

« Mon objectif, c’est de devenir championne du monde », conclut-elle. Une raison supplémentaire de présenter son grand sourire à la caméra si elle l’atteint…