Deux champions et deux sérieux prétendants

2158710_full-lnd

 

L’absence des États-Unis, tenants du titre, du dernier carré de la Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA, Canada 2014 a de quoi surprendre. Pourtant, les quatre équipes encore en lice peuvent difficilement être considérées comme des débutantes à ce niveau. Le plateau des demi-finales réunit deux anciens lauréats de l’épreuve, l’Allemagne (2004 et 2010) et la RDP Corée (2006). Championne d’Europe U-19 en 2013, la France possède elle aussi de sérieux arguments. Enfin, le Nigeria s’est imposé comme lune des équipes les plus performantes du premier tour. Finalistes malheureuses en 2010, les Falconets ont atteint ce stade de la compétition lors des deux dernières éditions. FIFA.com dresse l’état des forces en présence.

A noter que la journée sera placée sous le signe du fair-play, comme lors de chaque compétition de la FIFA depuis 1997. Pour chaque match, les deux équipes brandiront une bnnière « My Game is Fair Play » et les capitaines prononceront un discours rappelant la nécessité de respecter les règles et l’esprit sportif.

Les matches
RDP Corée – Nigeria, Moncton, 20 août 2014, 17h00 (heure locale)
La RDP Corée est la seule équipe encore présente à ce niveau à avoir connu la défaite lors de la phase de groupes. Toutefois, cet unique revers concédé au Canada à l’issue de la dernière journée est resté sans conséquence, les Asiatiques ayant déjà validé leur billet pour la suite de la compétition. Elles ont en outre immédiatement redoré leur blason en écartant les États-Unis en quart de finale aux tirs au but, après un nul 1:1.

Les Nigérianes ont connu un parcours beaucoup plus tranquille. Leur net succès (4:1) sur la Nouvelle-Zélande au tour précédent leur permet d’aborder la rencontre en pleine confiance. Les Africaines ont dominé le match de bout en bout, en s’appuyant sur leur vitesse et leur puissance. Asisat Oshoala s’est distinguée en inscrivant le deuxième but le plus rapide de l’histoire du tournoi au bout de 32 secondes de jeu, avant de doubler la mise 12 minutes plus tard.

Allemagne – France, Montréal, 20 août 2014, 19h00 (heure locale) 
Cette affiche oppose les deux meilleures attaques de la compétition (14 buts pour l’Allemagne, 12 pour la France). Portées par leurs succès en finale de la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA 2012 et de l’UEFA EURO féminin 2013, les Françaises sont arrivées au Canada avec de grandes ambitions. Leur victoire (2:1) sur les protégées de Maren Meinert en demi-finale de l’épreuve européenne pourrait leur conférer un léger avantage psychologique.

L’Allemagne, quant à elle, est décidée à prendre sa revanche. Versée dans un Groupe B extrêmement relevé au sein duquel figuraient également les États-Unis, la RP Chine et le Brésil, la Nationalmannschaft a su tirer son épingle du jeu, avant de dominer le Canada (2:0) en quart de finale. Jusqu’à présent, personne n’a trouvé la parade au duo offensif que forment Sara Däbritz et Pauline Bremer. À l’inverse, l’attaque française est restée muette pour la première fois au tour précédent. Les Sud-Coréennes ont résisté pendant 120 minutes, mais Claire Lavogez a offert la qualification à son équipe en transformant le tir au but décisif.

La joueuse à suivre
En quart de finale, la gardienne nord-coréenne Kim Chol-Ok s’est montrée très à son avantage à l’occasion de la première séance de tirs au but de sa carrière. En s’interposant brillamment devant Savannah Jordan, Lindsey Horan et Rose Lavelle, elle a largement contribué à la qualification de son équipe. « J’adore les penalties », avouait l’intéressée à l’issue de la partie. Tous ceux qui ont suivi cette rencontre haletante ne pourront que confirmer ses dires.

La stat
3 – L’Allemande Pauline Bremer a trouvé le chemin des filets lors de trois rencontres consécutives contre la RP Chine, le Brésil et le Canada. L’exploit est de taille, mais l’Allemande a encore du chemin à parcourir avant d’égaler Alexandra Popp, qui avait inscrit son nom au tableau d’affichage à l’occasion de chacun des six matches de la Nationalmannschaft en 2010.

Entendu…
« Je suis prêt pour la Corée du Nord. Je connais cette équipe et je connais son traîneur. Je veux gagner absolument » – Peter Dedevbo, sélectionneur du Nigeria

« Nous savons comment joue l’Allemagne et l’Allemagne sait tout de notre jeu. Les Allemandes savent que nous pouvons les battre. Je crois qu’elles sont un peu inquiètes à l’idée de nous rencontrer. Mes joueuses attendent ce match depuis le début du tournoi. Elles seront prêtes. » – Gilles Eyquem, sélectionneur de la France

Partager

PinIt