Nice et Nantes se contentent d’un point

©AFP

©AFP

L’OGC Nice a concédé le nul (0-0)face au FC Nantes au terme d’un match tristounet, le seul score vierge du week-end en attendant le choc Paris SG-Lyon, dimanche à l’Allianz Riviera, lors de la 24e journée de L1.

Nice (8e)continue cependant d’une unité sa série de rencontres sans défaite démarrée le 10 janvier 2015. Nantes (9e), s’est peut-être rassuré avant d’affronter mercredi le Paris SG en Coupe de France, mais n’a guère convaincu dans le jeu et court toujours après le succès depuis le 20 décembre (victoire sur Lorient 2-1).

Après une entame timide devant des Canaris ne leur ayant que très rarement souri dans l’histoire, les Niçois, privés au dernier moment de Grégoire Puel claqué à l’échauffement, cherchaient à étirer le bloc-équipe adverse en empruntant les couloirs.

C’est par cette voie qu’ils parvenaient à se créer les principales occasions d’une période assez fermée jusqu’à un but de Carlos Eduardo, refusé par M.Chapron pour un hors-jeu (42). D’une remise de la gauche Pléa avait trouvé Carlos Eduardo dans le dos de la défense nantaise. Le Brésilien devançait la sortie de Riou et marquait de la tête le but immédiatement refusé.

Hésitant et brouillon
Plus mauvaise attaque en 2015 avec un seul but inscrit, Nantes a fait preuve de solidité défensive. A l’image de Hansen qui dégageait de la tête devant la ligne la reprise de Hult parfaitement trouvé à l’entrée de la surface par le centre en retrait de Genevois (26).

Dans une dynamique ascendante depuis le début de la phase retour, les Aiglons dominaient plus franchement la seconde période et soutenaient le choc dans des duels engagés sans toutefois profiter de plusieurs situations intéressantes.

Echaudés par la gifle montpelliéraine contre le cours du jeu, le FCN était de plus en plus hésitant et brouillon dans son amorce de contre pour briguer mieux qu’un triste 0-0, comme c’était déjà le cas la saison passée.

 

Monaco et Subasic chutent à Guingamp

Guingamp, réduit à dix dès la 22e minute, a réussi à venir au bout 1-0 de la défense monégasque, invaincue depuis huit matches dimanche, lors de la 24e journée de L1, au terme d’une rencontre hachée et intense en seconde période.

Les Bretons basculent dans la première partie du classement (10e) pour la première fois de la saison, Monaco restant à la 5e place. C’est un petit évènement: après 841 minutes d’invincibilité, le portier monégasque Danijel Subasic a fini par aller chercher le ballon au fond de ses filets.

Très laborieux dans la conservation de balle et les combinaisons vers l’avant jusque là, les Guingampais ont développé un jeu en contre parfait.

En début de seconde période, le latéral Dorian Lévêque, sur une récupération, donnait la balle à Younousse Sankharé dans le rond central, qui décalait Jérémy Pied sur sa droite. Le milieu lançait Claudio Beauvue dont le centre écrasé était repris au deuxième poteau par Lévêque, venu de l’autre bout du terrain et oublié par Kurzawa, pour inscrire son premier but en Ligue 1 (1-0, 51e).

Un but d’autant plus méritoire que les Bretons évoluaient à dix depuis la 22e minute et un carton rouge direct contre Moustapha Diallo pour un contact rugueux avec Jérémy Toulalan.

« C’était un exploit gigantesque parce que c’est une équipe très forte en face. Alors vous imaginez à onze contre dix », s’est enthousiasmé l’entraîneur Jocelyn Gourvennec, après le match.

Jonas Lössl décisif
Monaco s’est montré aussi peu inspiré offensivement que lors de ses deux dernières rencontres, avec un Moutinho transparent, un Nabil Dirar peu inspiré, et un Dimitar Berbatov nonchalant.

Les « Blancs » s’en sont remis aux fulgurances de Yannick Ferreira Carrasco pour se montrer dangereux, par une frappe de 28 m déviée sur son poteau au prix d’une magnifique détente par Jonas Lössl (18), et par une frappe qui a frôlé la transversale (73).

Jonas Lössl a joué une part déterminante dans le succès breton, avec un réflexe du pied droit devant Geoffrey Kondogbia, lancé à la suite d’un une-deux avec Anthony Martial (79). Le Danois a ensuite eu un nouveau réflexe incroyable de la main gauche à ras de terre, sur une reprise aux six mètres de Layvin Kurzawa, après une remise de la tête de Berbatov (83) et encore sur un coup de billard devant son but à la 90e.

En conférence de presse, Leonardo Jardim a regretté que son équipe n’ait « pas eu la capacité de prendre les bonnes décisions offensivement, dans la dernière passe comme dans les frappes ».

Pour Guingamp, Jérémy Pied au milieu a été excellent dans sa disponibilité et sa capacité à donner le bon ballon au bon moment et Christophe Mandanne a rempli son rôle de poison pour la charnière monégasque.

Claudio Beauvue, un ton au-dessous de ses prestations récentes, s’est illustré en oubliant Pied, seul devant le but, sur un contre où il était parti à la limite du hors-jeu (75).

Mercredi, Guingamp, tenant du trophée, se rend à Yzeure en 8e de finale de la Coupe de France.

Partager

PinIt