Elles étaient 54 sur la ligne de départ, mais la dure loi de la compétition est passée par là. A l’issue du premier tour de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Canada 2015, huit équipes ont déjà dû faire leurs valises, réduisant de plus de la moitié la liste des prétendantes au titre de Jeune Joueuse Hyundai du tournoi. Elles sont 28 à avoir dit adieu à leur rêve de titre mondial et probablement – même si la victoire finale n’entre pas en compte dans les critères de décision du Groupe d’Étude Technique de la FIFA – à celui de se voir décerner cette récompense individuelle.

Parmi les rescapées, difficile de voir un favori se dégager tant elles ont été nombreuses à briller. Le Canada, pays hôte, se retrouve ainsi au deuxième tour en partie grâce aux excellentes performances de Kadeisha Buchanan, la « Christine Sinclair de la défense », selon son entraîneur John Herdman, et à l’abattage et au but important d’Ashley Lawrence contre les Pays-Bas. « Dans un match, tout ne peut pas se dérouler à la perfection. Il y aura toujours une mauvaise passe, un mauvais déplacement, mais cela ne doit pas affecter le reste de notre travail. Il faut continuer, toujours essayer de faire le pas suivant », confiait-elle au micro de FIFA.com après ce grand moment.

Le pas suivant, la Norvégienne Ada Hegerberg l’a fait vers le deuxième tour après avoir été élue Joueuse Live Your Goals du Match contre la Côte d’Ivoire en signant un doublé lors de la victoire scandinave 3:1, à ajouter au but qu’elle avait déjà inscrit contre la Thaïlande. Andressa, seule Brésilienne éligible au titre de Jeune Joueuse Hyundai, a également crevé l’écran et en a été récompensée contre le Costa Rica, tandis que la Camerounaise Raissa Feudjio, elle aussi seule prétendante chez les Lionnes indomptables, a pris part aux trois rencontres qui ont validé la qualification historique des Africaines pour la phase à élimination directe. En Suisse, elles sont quatre en course, mais seule Noelle Maritz fait figure de sérieuse candidate grâce à ses trois titularisations jusqu’à présent.

Si la championne du monde U-20 allemande Sara Däbritz a bien lancé son tournoi en inscrivant deux buts au premier tour, sa coéquipière Pauline Bremer, elle aussi sacrée à Canada 2014, n’a passé que dix petites minutes sur le terrain. Si elles veulent se mêler à la lutte pour la récompense, les Françaises Kadidiatou Diani et Griedge Mbock Bathy devront aussi sortir du banc, alors que l’attaquante néerlandaise Vivanne Miedema, titulaire lors des trois rencontres du Groupe A, cherche encore le chemin des filets.

En tout, elles sont 26 jeunes joueuses, toutes nées après le 1er juillet 1995, date limite de naissance pour prétendre à la récompense, toujours en course pour succéder à l’Autralienne Caitlin Foord, distinguée par le TSG lors de la Coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2011™.