universiades_soccerF_8juillet2015-585x320

L’équipe canadienne de soccer féminin, avec six étudiantes-athlètes du Rouge et Or en tête, est passée mercredi en demi-finale pour la première fois de l’histoire au tournoi des Universiades d’été 2015 à Gwangju, en Corée du Sud.

Le Canada l’a emporté 2 à 1 sur la République Tchèque en quart-de-finale et est ainsi assuré de jouer pour une médaille. La gardienne Marie-Joëlle Vandal, la défenseureMélissa Roy, les milieux de terrain Arielle Roy-Petitclerc, Gabrielle Lapointe etMélissande Guy ainsi que l’attaquante Joëlle Gosselin, toutes du Rouge et Or, faisaient partie de l’alignement partant des Canadiennes et ont joué un rôle primordial dans la victoire.

Roy a marqué le premier but des siennes sur un penalty à la 51e minute, tandis que Gosselin a fait vibrer les cordages à la 55e, dans ce qui s’est avéré être le but de la victoire. Vandal a pour sa part une fois de plus été splendide dans la cage canadienne, accordant un premier but en plus de 360 minutes lors des arrêts de jeu.

Les Canadiennes termineront au moins en quatrième place, le meilleur résultat de leur histoire. Elles avaient pris la cinquième place en 1993 à Buffalo, en 2005 à Izmir, en Turquie, et en 2011 à Shenzhen, en Chine.

La victoire est d’autant plus impressionnante quand on sait que les Tchèques alignaient sept joueuses faisant partie de leur programme national, dont cinq sur la formation partante de cette équipe des Universiades.

Auteure du deuxième but canadien, Joëlle Gosselin avait de la difficulté à contenir sa joie en fin de match. « C’est le plus beau feeling que j’ai depuis la finale du championnat canadien l’automne dernier. Je pense que ça vient même de dépasser ça, avec un top 4 assuré et la possibilité de ramener une médaille. En plus, toutes les filles de Laval étaient sur le terrain, tout le monde a travaillé fort. On a l’équipe pour se rendre loin, c’est malade! », s’est exclamée Gosselin, qui a maintenant deux buts en quatre matchs avec le Canada.

Les Tchèques dictaient le ton pour la plupart de la première demie, y allant de plusieurs jeux menaçants dans le territoire canadien. Rien ne trompait toutefois la vigilance de la gardienne Marie-Joëlle Vandal (Longueuil, Qué.), qui n’avait jusque-là toujours pas accordé de but à l’adversaire dans le tournoi.

La seule véritable opportunité canadienne provenait de Joëlle Gosselin de Québec, Qué. à la 45e minute. L’attaquante du Rouge et Or de l’Université Laval redirigeait le centre de Marie-Ève Jacques (Sherbrooke, Qué.) de la tête, mais le ballon aboutissait dans les mains de la gardienne adverse. La marque était toujours de 0-0 à la demie.

Le Canada démarrait la seconde période sur les chapeaux de roue. Gosselin prenait la passe en retrait de Heather Lund (Red Deer, Alb.) dès la 46e, mais son tir passait par-dessus le filet tchèque.

Lund semblait ensuite avoir marqué de la tête sur le coup de pied de coin de Gabrielle Lapointe, mais l’arbitre appelait une faute controversée. Ce n’était que partie remise pour le Canada.

Dès la reprise, Lund appliquait une forte pression et était fauchée dans la zone, résultant en un penalty en faveur des Canadiennes. Mélissa Roy de Lévis, Qué. ne ratait pas cette chance et offrait l’avance aux filles en rouge et blanc à la 51e minute.

Gosselin doublait la priorité du Canada à la 55e minute. Elle reprenait un ballon laissé libre à l’entrée de la surface, et son puissant tir dans le haut du filet ne laissait aucune chance à la gardienne tchèque. C’était 2-0 en faveur des Canadiennes.

Le Canada tenait en échec les attaquantes tchèques qui appliquaient de plus en plus de pression, en plus de profiter de quelques chances en contre-attaque. Les Européennes en inscrivaient un à la 92e, mais c’était trop peu, trop tard, le Canada triomphant par 2 à 1.

Les Canadiennes pensent déjà au prochain match contre la Russie (3-0-1), qui a vaincu le Brésil par 1-0 mercredi dans un autre quart-de-finale. La demi-finale des Universiades sera disputée vendredi à 11h (jeudi 22h HE). Le Japon et la France s’affronteront dans la seconde demi-finale.

 

source: Rouge et Or | Université Laval