2672701_full-lnd

C’était sa première séance, et le rideau sur Marseille s’est levé: l’OM a remporté son premier match de la saison en atomisant Troyes (6-0), pour les débuts de son entraîneur espagnol, ledit Michel, dimanche pour la 3e journée du Championnat de France.

. Marseille à la fête
Après deux défaites sans marquer de but (1-0 contre Caen et à Reims) et la démission fracassante de Marcelo Bielsa, l’OM était sous haute pression, son nouvel entraîneur aussi. Et ils ont fait l’essentiel, le résultat, permettant au club de remonter à la 13e place de L1, tout en y ajoutant la manière

Ce n’était jamais que Troyes en face, un bien tendre promu, mais Marseille a peut-être lancé sa saison, à confirmer prochainement à Guingamp et face à Bastia avant son premier gros test, contre Lyon.

Comme un symbole, ce sont deux revanchards qui ont été prépondérants. Barrada, à la saison 2014-2015 cauchemardesque et que Michel avait entraîné à Getafe, a rayonné au milieu et ouvert la marque (19e). Le meneur de jeu a ensuite fait la passe pour Lassana Diarra dont la frappe sans contrôle portait le score à 2-0 (47e). Celui qui n’a pas joué pendant un an a réussi un retour fracassant dans l’entrejeu.

Batshuayi marquait un doublé pour débloquer son compteur et surmonter ses maladresses (56e, 90e), Ocampos y allait d’un retourné acrobatique (63e) et Alessandrini de son but (87e). Bref, l’OM a changé d’ère.

. Lyon et Lacazette à l’ombre
Après une préparation turbulente et deux premiers matches moyens (0-0 contre Lorient, 1-0 à Guingamp), l’OL a confirmé ses difficultés actuelles en s’inclinant à domicile, face à des Rennais très défensifs (2-1) dont le but décisif fut, ironie du sort, signé Zeffane, à peine transféré de Lyon.

Et un homme est au centre de la tourmente: Lacazette, meilleur joueur et buteur de la saison dernière (27 réalisations), a de nouveau livré une prestation sans aucun relief, et a même laissé sa place sous les sifflets de Gerland dès l’heure de jeu. Officiellement, il jouait diminué par une douleur au dos.

. PSG/Monaco, avant le choc
Les deux clubs ne s’avancent pas de la même manière vers le premier choc de la saison, dimanche prochain en Principauté.

Paris maintient son sans-faute, avec une troisième victoire (1-0 à Montpellier), toujours sans but encaissé, propre à minorer les petits soucis (blessure de Pastore, inefficacité de Cavani, états d’âme de Digne, Thiago Motta et Van der Wiel). Et Laurent Blanc pourra sans doute compter sur Ibrahimovic et Di Maria à Louis-II.

L’ASM, en revanche, avance lesté de doutes. Après son derby victorieux à Nice (2-1), elle a enchaîné deux nuls (0-0 contre Lille et 1-1 à Toulouse samedi) et connu surtout une grosse désillusion en barrage aller de Ligue des champions mercredi à Valence (revers 3-1).

Leonardo Jardim, qui a fait tourner son équipe à Toulouse en changeant huit joueurs, aborde une semaine cruciale pour le club, tant sur le plan européen que national.

 

Saint-Étienne arrache les trois points à Lorient

Saint-Étienne a remporté sa première victoire de la saison en gagnant sur le fil (1-0) à Lorient, réduit à dix dès la première minute de jeu, dimanche lors de la 3e journée de Ligue 1.

Trois jours après leur barrage aller d’Europa League en Moldavie, les Verts ont dû batailler jusqu’à la 87e minute pour venir à bout de Merlus héroïques.

C’est Romain Hamouma, bien servi dans la surface de réparation par Neal Maupay, qui a marqué du plat du pied au niveau du point de pénalty et qui permet à son équipe de revenir dans le milieu du classement, alors que Lorient glisse provisoirement à la 14e place.

Cette issue est bien cruelle pour des Bretons qui payent au prix fort un nouveau début de match raté.

Déjà surpris dès la 4e minute par Bastia la semaine dernière au Moustoir, avant de finir par arracher un match nul 1-1, Lorient a cette fois vu son gardien de but Benjamin Lecomte se faire expulser après 40 secondes de jeu – le carton rouge le plus rapide depuis la saison 2006/2007 en Ligue 1 – pour jeu dangereux sur Romain Hamouma.

Saint-Étienne a pourtant failli ne pas profiter de cet avantage numérique providentiel, à cause du manque de précision de ses attaquants, mais aussi du gardien remplaçant lorientais, Florent Chaigneau, très inspiré.

Présent sur des tentatives sur coups francs de Pierre-Yves Polomat (2e) puis Nolan Roux (10e), il a surtout remporté un face-à-face avec l’ancien Merlu Kévin Monnet-Paquet (28e) et repoussé une belle frappe rasante de Valentin Eysseric (34e), titularisé pour la première fois.

Au rayon maladresse des attaquants, une mention spéciale revient à Nolan Roux, qui a réussi à mettre au-dessus un plat du pied à sept mètres des cages, sur un beau service d’Eysseric (30e), puis une reprise sur un tacle glissé à 5 mètres (64e), juste avant d’être remplacé.

C’est finalement quand on commençait à se dire que des Stéphanois émoussés n’y arriveraient pas que la délivrance est venue. Les hommes de Christophe Galtier vont maintenant pouvoir se concentrer sur leur qualification pour la phase de groupes de la seconde Coupe d’Europe, qui se jouera jeudi à Geoffroy-Guichard.

 

PHOTO: ©AFP