2675785_full-lnd

L’Angleterre est devenu le premier pays à décrocher sa qualification pour l’Euro-2016 grâce à sa large victoire (6-0) samedi en éliminatoires à Saint-Marin, avec notamment le 49e but de Rooney, qui rejoint Bobby Charlton en tête du classement des meilleurs buteurs des Trois Lions.

Déjà solide leader du groupe E, l’équipe de Roy Hodgson continue son parcours parfait avec un 7e succès en autant de sorties. Avec 21 points, les Anglais ne peuvent plus être rejoints par les équipes au-delà de la 2e place et ils recevront mardi leur dauphin suisse pour s’assurer de finir en tête du groupe.

Face à la 193e nation mondiale, qui compte un point dans la poule dont elle occupe la 6e et dernière place, le suspens était limité et Rooney a fait en sorte de ne pas l’entretenir en ouvrant le score dès la 13e minute sur penalty. Ce 49e but en 106 sélections depuis 2003 lui permet donc de rejoindre, à 29 ans seulement, Sir Bobby Charlton et de rafraîchir le record national que celui-ci occupait seul depuis mai 1970.

Avant sa sortie à la 59e minute, le buteur de Manchester United, si peu en réussite actuellement avec son club, n’a pas eu tellement d’occasions d’inscrire son 9e but en neuf matches. A ce rythme, alors qu’il est en club à 17 buts du record de son aîné, qui a également porté le maillot des Reds Devils, Rooney devrait rapidement prendre seul la tête du classement.

Comme un clin d’oeil, Brolli à offert à la 30e minute le 49e but contre-son-camp au bénéfice de l’Angleterre, invaincue depuis 12 matches désormais. A part ça, les Anglais ont joué au petit trot sur un mauvais terrain et ont profité des faiblesses adverses pour creuser l’écart en deuxième période.

L’explosif milieu d’Everton Ross Barkley est, lui, encore loin de Rooney et il a simplement ouvert de la tête son compteur international 15 secondes après la reprise (46). Remplaçant, Theo Walcott a lui amélioré ses statistiques personnelles du plat du pied (68, 78), tandis que Kane, en difficulté avec Tottenham, s’est fait un petit plaisir (77).

 

 

L’Espagne écarte la Slovaquie

2675818_full-lnd L’Espagne, double championne d’Europe en titre, a dompté la Slovaquie avec une autorité et une virtuosité retrouvées (2-0) samedi en qualifications pour l’Euro-2016, prenant la 1re place du groupe C et une option sur un billet pour le rendez-vous de l’été prochain.

A Oviedo (Asturies), un but précoce de Jordi Alba sur une louche lumineuse de l’intenable David Silva (5e) puis un penalty d’Andres Iniesta (30e) obtenu par Diego Costa ont permis aux Espagnols de mettre fin à la série d’invincibilité des Slovaques dans ces éliminatoires (6 succès en 6 matches jusque-là).

Surtout, revoici la « Roja » installée aux commandes de la poule avec 18 points, soit autant que la Slovaquie mais avec le bénéfice définitif d’une meilleure différence de buts particulière malgré la défaite subie à Zilina en octobre 2014 (2-1).

A trois matches de la fin, les champions d’Europe 2008 et 2012 peuvent légitimement rêver de défendre leur titre en France: la Slovaquie (2e) et l’Ukraine (3e, 15 pts) s’affronteront mardi prochain dans un match peut-être décisif pour la 2e place, elle aussi directement qualificative pour l’Euro, tandis que l’Espagne ira en Macédoine, dernière du groupe.

A l’évidence, les joueurs de Vicente del Bosque ont repris du poil de la bête, un an après le fiasco de leur élimination prématurée au Mondial-2014. Loin de l’équipe inoffensive et émoussée aperçue l’an dernier, la « Roja » a été emballante grâce à ses leaders techniques, en particulier l’épatant Silva.

Casillas, 100ème réussie
A la cinquième minute, son ouverture pour Alba dans le dos de la défense très remaniée de la Slovaquie a offert à l’Espagne cet avantage précoce qui lui permet d’éviter les scénarios trop cadenassés.

Et quand Silva, Iniesta, Cesc Fabregas, Pedro Rodriguez ou Sergio Busquets sont en forme, comme samedi, le jeu de passes espagnol a des fulgurances qui ont fait rugir de plaisir le stade Carlos-Tartiere d’Oviedo.

Certes, Diego Costa, de retour en sélection après maints pépins physiques, a toujours du mal à s’intégrer à ce jeu en petit périmètre. Mais l’esprit de sacrifice de l’attaquant hispano-brésilien est précieux et il a répondu aux critiques concernant son inefficacité (1 but en 8 sélections) en provoquant un penalty après avoir dribblé le gardien en bout de course (29e).

Bref, la « Roja » semble retrouver des couleurs pour la dernière ligne droite avant l’Euro.

Et même le gardien et capitaine Iker Casillas, coupable d’une bourde l’an dernier lors de la défaite en Slovaquie, s’est rattrapé samedi avec deux belles interventions (42e, 51e). De quoi fêter en beauté sa 163e sélection, la 100e avec le brassard de capitaine et la première depuis son départ du Real Madrid cet été pour le FC Porto.

 

PHOTO: ©Getty Images