2675939_full-lnd

Les Pays-Bas, écrasés dimanche en Turquie (3-0) se sont éloignés de l’Euro-2016 après une prestation sans saveur, qui les repousse à la quatrième place du groupe A.

Incroyable! Troisièmes de la dernière Coupe du monde où ils avaient enthousiasmé par un jeu de contre-attaque attrayant, les Oranje sont quatorze mois plus tard en pleine crise, et sur le point de se voir refuser l’accès au prochain Euro.

Les Néerlandais (10 pts), déjà largement distancés par l’Islande et la République tchèque, sont désormais aussi précédés par la Turquie (12 pts), qui occupe la troisième place du groupe, synonyme de barrages. Et il ne reste que deux rencontre à disputer. Pour le sélectionneur Danny Blind, la situation est quasi désespérée.

Quatrième d’un groupe qualificatif, après avoir terminé sur le podium d’un Mondial: voilà qui fait désordre. Même si, ironie de l’histoire, la Turquie qui avait décroché la médaille de bronze du Mondial-2002 ne s’était ensuite pas qualifiée pour l’Euro-2004…

Battus à quatre reprises (en huit matches) depuis la début de la phase qualificative, Robin van Persie et ses équipiers semblent avoir perdu leur football. Dimanche dans l’enceinte surchauffée de Konya, ils sont apparus dépassés par l’enjeu, écrasés par l’ambiance et complètement perdus sur le terrain.

Turan le bourreau
Le scénario a vite pris la forme d’un fiasco avec le but de Oguzhan Ozyakup dès la 8e minute après une passe lumineuse d’Arda Turan. Le futur joueur du FC Barcelone s’est avéré être un véritable bourreau pour les Pays-Bas en signant le 2-0 à la 25e minute, au milieu d’une défense adverse complètement débordée.

Danny Blind avait pris le risque de faire débuter le jeune Jairo Riedewald (18 ans) en remplacement de Bruno Martins Indi, suspendu. Pas un cadeau pour le défenseur central de l’Ajax, associé à Stefan de Vrij dans l’axe. Une charnière centrale prise en défaut de vitesse sur le premier but. Et sur le deuxième, c’est Daley Blind, le fils du sélectionneur, qui faisait office de coupable.

Et comme les Néerlandais, privés de leur capitaine Arjen Robben (blessé), n’ont pas été davantage performant offensivement, l’issue du match n’a rapidement fait guère de doute. Confirmation après le 3-0 signé par Burak Yilmaz (85e).

Et ce, même si la deuxième période a été largement dominée par les Pays-Bas. Une domination qui ressemblait à un chant du cygne.

Les Néerlandais doivent désormais s’imposer lors de leurs deux derniers matches (contre la Kazakhstan et la République tchèque) en espérant dans le même temps un faux pas des Turcs face aux Tchèques et aux Islandais.

 

PHOTO: ©AFP