2283315_w2

Face au Maccabi Tel-Aviv, Chelsea a redonné le sourire aux supporters de Stamford Bridge après un début de saison difficile.

Les Blues auraient pu prendre l’avantage dès la sixième minute quand Predrag Rajković faisait tomber Willian dans la surface de réparation. Mais Eden Hazard envoyait son penalty dans le ciel londonien.

Un répit pour le Maccabi, qui succombait toutefois à l’ouverture du score à peine dix minutes plus tard sur un beau coup franc botté par Willian. Le Brésilien devait cependant quitter ses coéquipiers sur blessure et laissait sa place à Diego Costa.

L’international espagnol, en méforme en championnat cette saison, se montrait le plus dangereux et était bousculé dans la surface de réparation. Cette fois, Oscar ne ratait pas l’occasion de doubler la mise dans le temps additionnel de la première période.

Costa portait le score à 3-0 de volée juste avant l’heure de jeu, sur une passe de Cesc Fàbregas. Le Catalan déposait la cerise sur le gâteau à 12 minutes de la fin du plat du pied.

 

Florenzi : « Je n’ai pas su comment le fêter »

2283359_w2Alessandro Florenzi est revenu au micro d’UEFA.com sur son lob d’anthologie face à Barcelone qui a permis à la Roma d’égaliser.

Milieu offensif de formation replacé arrière latéral récemment, Alessandro Florenzi a inscrit un lob somptueux pour égaliser en faveur de son équipe de l’AS Roma contre le champion d’Europe en titre, le FC Barcelone.

Après la rencontre, l’Italien est revenu sur ce geste incroyable qui a surpris Marc-André ter Stegen et fait chavirer le stade Olympique de la capitale italienne. « Je pense que le ballon est resté en l’air pendant 4 ou 5 secondes, mais j’ai l’impression que ce furent 4 ou 5 minutes », a déclaré Florenzi à UEFA.com. « Il a semblé rester suspendu pour l’éternité. Et franchement, je n’ai pas vraiment su comment fêter ce but. Alors j’ai juste mis mes mains sur mon visage. »

« Je venais de marquer un but que je n’oublierai jamais », ajoutait le joueur de 24 ans. « Ça n’est pas un geste facile, mais c’est un geste instinctif. C’est vrai qu’il y a un petit grain de folie qui m’a aidé à marquer ce but magnifique. Mais je n’avais pas non plus le choix parce qu’Edin (Džeko) était marqué par deux joueurs. Alors je me suis dit je vais essayer et c’est passé sous la barre. C’est un superbe but. »

L’entraîneur de Barcelone Luis Enrique n’en disconvient pas : « Nous avons contrôlé tout ce que nous pouvions mis à part une chose qui était absolument impossible à empêcher. Ce fut un but remarquable, une touche de génie. »

 

Mamić : « J’espérais un miracle »

2283530_w2Zoran Mamić et Arsène Wenger se sont exprimés après la victoire du Dinamo sur Arsenal en Croatie. Un « miracle » pour Mamić.

Zoran Mamić, entraîneur du Dinamo
Je suis ravi, c’est une évidence. Nous avons battu Arsenal en première journée. Nous avons gagné un match de Champions League pour la première fois depuis longtemps. J’espérais secrètement qu’un miracle aurait lieu car je savais que mes garçons avaient bossé et étaient concentrés sur cette mission.

À la pause, on s’est dit que nous n’allions pas changer notre façon de jouer même si on menait et qu’on jouait à onze contre dix. Le carton rouge nous a facilité la tâche, mais Arsenal est une très bonne équipe et tous leurs joueurs peuvent faire mal.

Contre le Bayern (au prochain match), nous allons essayer de créer une nouvelle surprise. Ceci dit, tout sauf une défaite serait une surprise.

Arsène Wenger, entraîneur d’Arsenal
C’est décevant, nous nous sommes procuré beaucoup d’occasions, mais nous n’avons pas marqué. C’était difficile de jouer à dix pendant environ 50 minutes. Nous n’avons pas montré notre meilleur visage et nous aurions surtout dû mieux réagir après leur deuxième but.

Nous pouvons encore nous qualifier si nous sommes performants lors des cinq prochains matches. Nous avons toujours le même problème au début des compétitions, mais je sais que nous pouvons faire du bon boulot.

Nous avons joué dans des circonstances exceptionnelles ce soir. Nous jouions avec un joueur en moins, nous avons conservé le ballon, mais le Dinamo a bien joué. Il est trop tôt pour prédire quoi que ce soit.

 

Soir de premières pour La Gantoise

2283667_w2Pour ses débuts en UEFA Champions League, La Gantoise n’a pas démérité face à l’Olympique Lyonnais et s’en sort même avec un nul.

La Gantoise a découvert l’UEFA Champions League à l’occasion d’un soir de premières pour le club belge, débutant dans la compétition. Résultat : un match nul 1-1 face à Lyon dans un match à rebondissements.

Premier match d’UEFA Champions League
Public et joueurs ont été au cœur de ce match, et un KAA Gent Stadium plein à craquer a pu vivre une soirée inoubliable. C’était la première fois que l’hymne de l’UEFA Champions League retentissait dans ce stade ultra-moderne, et les supporters faisaient beaucoup de bruit. Encore plus quand Matz Sels arrêtait le penalty d’Alexandre Lacazette en toute fin de match.

Premier but
Sels est l’un des trois joueurs que l’entraîneur Hein Vanhaezebrouck a tenu à féliciter tout particulièrement. Les deux autres, Laurent Depoitre et Sven Kums, ont joué un rôle essentiel dans le but égalisateur. Depoitre a été un poison, touchant même la barre en première mi-temps. Sur le but, il contrôlait un dégagement de Sels et attirait les défenseurs à lui avant de servir Kums. Le capitaine trouvait Danijel Milicevic dans l’espace pour entrer dans l’histoire de La Gantoise et battre Anthony Lopes.

Premier point
Avant le match, le manager général Michel Louwagie avait déclaré qu’il voulait « à tout prix » éviter de faire comme Anderlecht en 2004/05 (0 point en 6 matches). Objectif atteint.

Premier(s) carton(s) rouge(s)
Brecht Dejaegere a été expulsé peu avant la pause pour une faute sur Maxime Gonalons, tandis que Thomas Foket a été prié de regagner le vestiaire après avoir concédé le penalty. Mais même réduits à dix, les Belges ont continué à jouer de la même manière, et a beaucoup perturbé Lyon. Et c’est à neuf qu’ils ont arraché le match nul.

Premier capitaine
Sven Kums a été l’inspiration de La Gantoise, il est donc normal que c’est à lui que revienne le dernier mot : « Nos supporters peuvent être fiers de nous car on a bien joué. Dommage qu’on ait été réduits à dix car je pense qu’à onze contre onze, on pouvait gagner. Mais c’est un bon résultat, nous sommes satisfaits. »