2718090_full-lnd

Cristiano Ronaldo est devenu samedi contre Levante (3-0) l’unique meilleur buteur de l’histoire du Real Madrid, propulsant son club en tête du Championnat d’Espagne devant le FC Barcelone de l’intenable Neymar, auteur face au Rayo Vallecano (5-2) de son premier quadruplé blaugrana.

Avant d’aller défier le Paris SG mercredi en Ligue des champions, voici le Real temporairement sur le trône d’Espagne: la « Maison blanche » (18 pts) devance le Barça (18 pts) à la différence de buts, en attendant le choc de la 8e journée entre Villarreal (3e, 16 pts) et le Celta Vigo (4e, 15 pts) dimanche midi (10h00 GMT).

Et cela, les Madrilènes le doivent à Ronaldo, passeur décisif sur le premier but signé Marcelo (27e), puis buteur d’une frappe puissante (30e), soit son 324e but en 310 matches sous le maillot du Real. Ce qui l’a propulsé seul au panthéon des buteurs merengues devant Raul (323 buts), qu’il avait déjà égalé fin septembre. Jesé a clos le score d’une frappe en force à la 81e.

Le Portugais et son équipier Karim Benzema, six buts chacun dans cette Liga, sont néanmoins devancés en tête du classement des buteurs par Neymar (8 buts): inarrêtable, le Brésilien a provoqué et transformé deux penalties contre le Rayo (22e, 32e), avant de marquer deux autres buts (69e, 70e) et d’offrir le cinquième à Luis Suarez (77e).

Pour Ronaldo et pour le Real, cette victoire contre Levante au stade Bernabeu est bonne pour le moral, malgré un onze décimé par les blessures et d’inhabituels relâchements défensifs qui ont valu au gardien madrilène Keylor Navas de se signaler. « Ronaldo a assumé ses responsabilités parce qu’il nous manquait beaucoup de monde en attaque. Il devait tirer l’équipe vers le haut et il l’a fait », s’est réjoui l’entraîneur Rafael Benitez.

Le festival de Neymar

Le technicien peut aussi remercier Navas, qui s’ingénie à faire oublier par ses parades le transfert avorté de David de Gea cet été. Le portier costaricien (2 buts encaissés en 10 matches officiels avec le Real cette saison) a été infranchissable même lorsque l’arrière-garde madrilène peinait.

Au Parc des Princes mercredi, l’efficacité de Ronaldo et Navas sera précieuse. Mais elle pourrait ne pas suffire et l’entraîneur Rafael Benitez doit sans doute espérer le retour de blessure d’un défenseur comme Ramos (épaule) pour stabiliser son arrière-garde.

Des blessés, il y en a beaucoup également du côté du Barça, privé d’Andres Iniesta, Rafinha et surtout de la star Lionel Messi, indisponible jusqu’à mi-novembre. Au Camp Nou, il appartenait donc à Neymar et Suarez de faire oublier l’Argentin, ce que le Brésilien a très bien fait. Face à un Rayo joueur qui a ouvert le score par Javi Guerra (15e) et l’a clos par Jozabed (86e), « Ney » été étincelant.

Il a bénéficié de boulevards sur son aile gauche et a obtenu deux penalties indiscutables en étant fauché dans la surface: d’abord sur un déboulé le long de la ligne de but, ensuite sur un splendide enchaînement passement de jambe-petit pont qui a déboussolé son défenseur. A chaque fois, Neymar a transformé (22e, 32e) avec aplomb et il aurait même pu obtenir deux autres penalties sur un tirage de maillot (17e) ou un tacle trop appuyé (42e).

Le Brésilien a fini par être récompensé avec un but opportuniste sur une frappe de Suarez repoussée par le gardien (69e), puis un quatrième du plat du pied sur une offrande de l’Uruguayen (70e). Neymar a d’ailleurs rendu la politesse à Suarez, maladroit jusque-là et enfin buteur (77e).

Bref, Neymar a fait « ce pas en avant » que la presse catalane appelait de ses voeux ces derniers jours, permettant au Barça de rebondir après sa défaite à Séville début octobre (2-1). De bon augure avant de retrouver la Ligue des champions mardi avec un lointain déplacement chez le Bate Borisov.

 

FIFA.com | PHOTO: ©Getty Images