2735502_full-lnd

Sans âme dans son jeu, Lyon s’est lourdement incliné sur son terrain face à Montpellier (4-2), vendredi en match avancé de la 15e journée, confirmant la perte de son expression collective qui faisait sa force la saison dernière.

Avec de trop nombreux éléments qui ne sont pas à leur niveau supposé, le dauphin provisoire du PSG au classement enregistre sa troisième défaite en une semaine, dont deux à domicile, en concédant un total de neuf buts pour trois inscrits.

Avant la déroute face au Montpellier, les hommes d’Hubert Fournier avaient perdu à Nice (3-0) et contre La Gantoise (2-1) en Ligue des Champions, précipitant sa sortie de la scène européenne. En attendant les rencontres de samedi, l’OL reste 2e de la Ligue 1, une position « très fragile », comme le reconnaissait le président Jean-Michel Aulas mardi. Alors que le PSG peut plus que jamais s’envoler en tête, le bal des poursuivants composé de Caen, Nice, Angers, ou Monaco est en embuscade pour le déloger du podium.

Gonalons contre son camp
L’entraîneur lyonnais avait choisi de se passer de Mapou Yanga-Mbiwa qui avait marqué contre son camp à Nice et c’est Maxime Gonalons, titularisé à sa place en défense centrale, qui a ouvert la marque en faveur de Montpellier.

Le capitaine lyonnais détournait dans sa cage un centre délivré de l’aile gauche par Jérôme Roussillon (8), avant que Casimir Ninga ne porte le score à 2-0 en glissant le ballon entre les jambes d’Anthony Lopes après une passe en profondeur de William Rémy (11).Et si Alexandre Lacazette a redonné l’espoir aux Lyonnais en réduisant l’écart rapidement en marquant de la tête après une première tentative de Claudio Beauvue repoussée par Laurent Pionnier (14), le défenseur brésilien de Lyon, Rafael offrait le doublé à Ninga avec une passe en retrait mal ajustée (48).

En fin de partie, Souleymane Camara ajoutait un 4e but après un contre mené par Ryad Boudebouz (80), tandis que Rachid Ghezzal sur coup franc direct avait réduit le score à 4-2 (84).

Hormis le but de Ghezzal, l’Olympique lyonnais n’a jamais été dangereux en seconde période. Les meilleures actions des Gones ont été obtenues avant la mi-temps par un tir de Ferri, détourné par Pionnier (28), une tête de Beauvue (28), alors qu’un but était refusé à Corentin Tolisso pour un hors jeu après un coup franc de Mathieu Valbuena (45+1).

De leur côté, les Montpelliérains ont profité de l’incapacité de leurs adversaires à exercer un vrai pressing sur le porteur du ballon pour remonter au 13e rang (18 points). Ils ont su se jouer des lignes trop espacées de l’OL pour être, outre les buts, dangereux sur un tir de Jonas Martin (5) alors que Lopes sauvait brillamment son équipe devant Bryan Dabo (24, 47), Ninga (31) ou Camara (70). L’addition aurait ainsi pu être plus lourde.